Création de l’AFCAB : donnez et faites contribuer l’État à la lutte contre Amazon

L’Association de Financement Contre Amazon en Bretagne a été créée en novembre 2021, sur la base de la non-lucrativité et l’intérêt général. Elle a pour objet de financer les actions contre Amazon en Bretagne et ailleurs. Les dons reçus sont alors éligibles à un crédit d’impôt de 66% (dans la limite des plafonds autorisés).

Donnez à l’AFCAB pour participer à la lutte contre Amazon en Bretagne et ailleurs.

Les points clefs des statuts

À venir…

Mobilisation du monde du travail et des métiers

Ressources externes

Le collectif Stop Amazon à Briechttps://www.stopamazon.bzh
Position spécifique de Solidaires Informatiquehttps://solidairesinformatique.org/2020/10/30/solidaires-informatique-contre-amazon-and-c/
Position spécifique de Mingahttp://www.minga.net/wp-content/uploads/2020/11/communique-Minga-Amazon.pdf

Le texte complet

La multinationale AMAZON dégrade le travail humain et détruit plus d’activités et d’emplois qu’elle n’en produit.

Grand bénéficiaire de la crise sanitaire, première multinationale en capitalisation boursière, AMAZON bénéficie du soutien du gouvernement pour accompagner le développement de plateformes logistiques en France. Ici, dans le Finistère, les nouveaux élu-es de l’agglomération QBO (Quimper Bretagne Occidentale) semblent se soumettre aux décisions opaques de leurs prédécesseur-es, sans qu’un réel débat ait eu lieu avec la population.

À défaut de s’engager à réduire l’impact climatique de l’activité logistique, AMAZON investit massivement dans le développement dulogiciel de reconnaissance faciale “Rekognition”.

Le ‘business modèle” d’AMAZON est celui de tous les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) : une société totalitaire fondée sur une surveillance généralisée des êtres humains, au travail, dans la rue, chez eux, dans l’idée non plus de prévoir les tendances mais de les forger.

En tant qu’organisations syndicales et professionnelles, parce que nous savons historiquement que la remise en cause desdroits sociaux sont les prémisses de la destruction detoutesleslibertés, la lutte contre AMAZONs’impose nos agendas.

Pour gagner contre ce projet, il faut se battre sur plusieurs plans et coordonner différentes formes de luttes :

  • Il est de la responsabilité des élu-e-s de se ressaisir et de voter contre l’installation d’AMAZON à Briec ; de soutenir les services publics plutôt que de faciliter l’installation d’entreprises championnes de l’évasion fiscale ; d’investir dans le développement des activités de productions vitales, dans l’alimentation, la santé, l’éducation, la recherche, le bâtiment, les transports qui permettent de ménager les ressources plutôt que de les épuiser, qui permettent de sécuriser des produits et des services accessibles à toute la population.
  • Il est de notre responsabilité de proposer des initiatives permettant à la population de se mobiliser pour contrer les pressions qu’AMAZON ne manquera pas d’exercer pour imposer son projet.

Signataires : Minga ⋅ L’Alliance Slow Food des Cuisinier.e.s ⋅ FSU 29 ⋅ Union Syndicale Solidaires (Solidaires Informatique, SUD PTT 29, Assurance, Union Locale Cornouaille et Union Départementale 29) ⋅ UNSA Cornouaille ⋅ CGT des Agents du SDIS29 (Service Départemental d’incendie et de Secours) ⋅ CNT29 ⋅ la Fédération des Cafés-Librairies de Bretagne ⋅ Syndicat des Artisans Semenciers ⋅ Syndicat des Récoltants Professionnels d’Algues de Rives de Bretagne ⋅ Chambre des Métiers et de l’Artisanat 93 ⋅ Confédération des Commerçants de France

La Collectivité ASSIH simule une délibération en faveur d’Amazon

… et appelle cela de la démocratie.

Ce 24 septembre 2020, nous avons pu assister à un simulacre de démocratie : une simulation de parole publique, un débat inexistant entre élus, un vote à bulletins secrets non enregistré, des débats enregistrés dans les propos liminaires de la séance et de manière partielle (l’intervention de Mme PETIT est tronquée par exemple), sans rapporteur et le tout dans un contexte de confinements successifs. Voilà une bien belle transition démocratique après les élections de mars 2021.

Prenons le temps d’énumérer quelques principes de base de la démocratie des institutions publiques :

  • Un débat public a besoin de temps, de conditions favorables, de participation citoyenne… et ne peut se résumer à une simple et rapide prise de parole lors d’une assemblée délibérative, à visée contradictoire, pour le principe.
  • Seules les délibérations sur des questions de personnes (ex: discipline, exclusion, contrat de travail, etc.) devrait se faire à bulletins secrets, car la démocratie représentative requiert de pouvoir rendre des comptes à la population qui lui a délégué ses pouvoirs.
  • Les décisions, si elles doivent se prendre en pleines responsabilités (voir le point précédent), doivent également être enregistrées pour permettre à la population de s’y référer, de demander des comptes, car c’est un pilier sans quoi la démocratie ne dispose pas des moyens d’exister.
  • Quand majorité et opposition s’accordent pleinement sur un sujet aussi controversé, il y a tout lieu de penser que les conditions d’un combat contradictoire n’ont pas été réunies.

Le Collectif Stop Amazon Briec déplore donc un nouveau de déni de démocratie à mettre cette fois sur le compte de la Présidente ASSIH (PS) et de l’Assemblée qu’elle préside, après celui de l’ancien Président de QBO M. JOLIVET (UMP-LR). On change les élus mais pas souvent de méthodes.

Dont acte.

Jolivet offre un compromis de vente à Amazon

Quimper Bretagne Occidentale a donné pouvoir, le 6 février 2021, à son Président Jolivet de vendre une parcelle de 6Ha dans la zone de Lumunoc’h à Briec pour la société Vectura Immobilier. Dans les débats, jamais le nom d’Amazon n’apparaîtra, pourtant connu par le Président Jolivet, preuve s’il en fallait de l’opacité du dossier, et de l’impossibilité de la tenue d’un débat public sur l’implantation d’Amazon sur le territoire.

Notons que la vente est prévue pour 20€HT/m², alors que dans le quartier en cours de construction à Kervalguen, le m² à urbaniser coûte au moins 90€HT/m², ce qui est déjà considéré comme peu cher sur le marché.